N°40

Tourisme Année Zéro
N°40

N°40

Tourisme Année Zéro

Le N°40 est disponible en kiosque. Trouvez le point de vente le plus près de chez vous ici : https://tinyurl.com/t7v5w3j

Zone de livraison :
Frais de livraison :
Offert
6.50 €
 
Avions cloués au sol, frontières fermées, départements « balnéarisés » restés exsangues, baisse du pouvoir d'achat, risques sanitaires... Le tourisme connaît sa plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale. Faut-il rédiger son acte de décès ? Avec ce nouveau numéro, Socialter refonde notre rapport au tourisme afin de dessiner les contours de « l'après ». De remplacer notre exigence à prendre du bon temps comme bon nous semble par d'autres exigences : minimiser notre empreinte (sociale, culturelle, écologique) et maximiser la richesse de notre rapport au monde (au moment, au paysage, au territoire, à l'autre). Troquer la diversion du safari, ce parcours sécurisé qui transforme les lions en gros chats, pour une esthétique du divers, effort intime et collectif qui redonne aux altérités leur capacité à animer et colorer le monde.

Tourisme, année zéro

DOSSIER

 

Le tourisme est mort, vive le tourisme ?

La pandémie mondiale va-t-elle forcer la mutation du tourisme ? Et si demain les voyages devaient intégrer les externalités sociales et environnementales, seraient-ils encore accessibles au plus grand nombre ? C'est la délicate équation à laquelle font face les professionnels du secteur.

En vol vers la décroissance ?

L’épidémie de coronavirus inflige au transport aérien la pire crise de son histoire. Alors que le trafic s’écroule, les compagnies veulent croire à un simple trou d’air et réclament des aides publiques pour revenir au plus vite à la normale. Mais il semble plutôt temps d’envisager l’atterrissage de ce secteur ultra polluant, dont les rêves de croissance ne touchent plus terre depuis longtemps.

Train de nuit : à quand le réveil ?

On les croyait à jamais endormis, délaissés au profit de la vélocité des TGV et de l’aérien. Pourtant, les trains de nuit renaissent en Europe, plébiscités par une clientèle soucieuse de son bilan carbone. L’Autriche est à l’avant-garde de ce mouvement tandis que la SNCF reste attentiste, malgré la pression des collectifs d’usagers.


Le Covid-19, fossoyeur de l'héritage des Trente Glorieuses ?

Quand le tourisme modèle l’aménagement et l’économie de tout un territoire, sa mise à l’arrêt appelle une lancinante question : « Que faire d’autre ici ? » Dans les Pyrénées-Orientales, la crise actuelle révèle l’obsolescence d’un aménagement touristique de masse, porté par le balnéaire.

Et si l'on s'échappait librement dans la nature ?

Alors que des voix s’élèvent en France pour faire payer l’entrée des parcs nationaux, une question se pose : devrions-nous autoriser le camping sauvage et le bivouac sans restriction sur le territoire français ?

 

Durable ou éthique : une bataille labellisée

Tourisme responsable, solidaire, équitable, communautaire… Les formes alternatives de tourisme ont le vent en poupe depuis quelques années. Et pour ceux qui s’en réclament, divers labels leur permettent de prouver leur engagement. Mais qu’apportent vraiment ces différents « sésames » ?

 

« Le tourisme a redéfini notre mode de vie au quotidien »

L’« après-tourisme » serait cette nouvelle ère qui, succédant à celle du tourisme de masse, conduirait à une recherche récréative au quotidien et près de chez soi. Comme une ultime utopie : être toujours un peu en vacances. Philippe Bourdeau, professeur de géographie culturelle à l’université Grenoble-Alpes et spécialiste des transformations du tourisme, décrypte pour nous cette notion qu’il a contribué à lancer dans le débat académique.

Sauver l'exotisme

Alors que l’industrie touristique reconduit partout le « même » et crée les conditions du chaos social et écologique, le voyageur doit plus que jamais nouer un rapport nouveau et sain avec l’altérité radicale. Rodolphe Christin, auteur chez Écosociété du Manuel de l’antitourisme (2018) et de La Vraie Vie est ici (2020), esquisse le portrait de l’« Exote » du XXIe siècle.


Comment résonner avec le monde ?

À force de vouloir rendre le monde disponible, n'avons-nous pas transformé le voyage en un safari planétaire ? Et s'il fallait accepter de perdre le contrôle ? Les réflexions du sociologue allemand Hartmut Rosa, auteur de Rendre le monde indisponible (La Découverte, 2020), nous aident à comprendre comment nous en sommes arrivés là et comment « résonner » de nouveau avec le monde.

 

A lire également dans ce numéro : 


L'ENTRETIEN FLEUVE

 

Comment le Covid-19 va bouleverser nos imaginaires du voyage

Qu’est-ce qu’un Homo touristicus ? Un être docile suivant le troupeau dans l’industrie du voyage organisé ? Un aventurier ne jurant que par les circuits hors des sentiers battus ? La démocratisation du tourisme et l’arrivée des plateformes comme Airbnb ont bouleversé en quelques décennies nos pratiques. Mais l’épidémie de Covid-19 pourrait totalement rebattre les cartes de nos imaginaires du voyage. Saskia Cousin, anthropologue spécialiste du tourisme et maîtresse de conférences à l’université Paris-Descartes, nous livre son analyse.



AVANT-GARDE

 

Transformer l'économie... sans attendre la croissance

Pour bâtir un système productif plus résilient et réaliser la transition écologique, le think tank The Shift Project propose de ne pas miser sur un hypothétique retour de la croissance. Son « plan de transformation de l’économie française », lancé en mai, appelle à des choix radicaux et à l’émergence d’un débat démocratique exigeant.

 

Ruches urbaines : la fable des abeilles

Pour enrayer la très médiatique hécatombe des abeilles, municipalités et entreprises se sont jetées à corps perdu dans l’installation de ruches sur les toits et les jardins. Pourtant, la solution miracle tourne au vinaigre à Paris, où la surpopulation d’abeilles domestiques entre en compétition avec les pollinisateurs sauvages.

 

La cité en bois d'Iwona Buczkowska, un rêve pionner

« À l’époque, on ne parlait pas d’écologie. » Il y a quarante ans, une jeune architecte a conçu ce qui demeure à ce jour le plus grand HLM en bois de France. Un bâtiment généreux, précurseur et inspirant.

 

« La pollution sonore est le résultat de notre crise spirituelle »

Depuis plus de trente ans, le bioacousticien américain Gordon Hempton tente d’identifier les rares lieux de la planète où le silence naturel est préservé. Par silence, il n’entend pas l’absence totale de bruits, mais l’absence de pollution sonore – pollution qui trouve son origine dans la révolution industrielle.



Au Qatar, promesses et impasses de l'aquaculture

En réponse à la surpêche et l’épuisement rapide des stocks de poissons, l’aquaculture s’impose comme une alternative d’avenir : un poisson sur deux consommé dans le monde provient de l’élevage. Pourtant, l’impact environnemental de ce secteur est non négligeable et l’élevage de poissons carnivores est qualifié d’aberration écologique. Illustration au Qatar où l’État investit massivement dans des installations aquacoles ultramodernes.

 

MACROSCOPE

 

Ciblage électoral à la française : le grand enfumage

Présenté comme un outil de communication politique révolutionnaire, le ciblage électoral est dorénavant employé par tous les grands partis français. Mais ceux-ci, dans leur empressement à se moderniser, n’ont-ils pas oublié d’étudier la réalité des promesses faites par les entreprises offrant ce service ?

L'observatoire des nuisances

Face à l’ampleur de la crise en cours, les puissances économiques et financières, ainsi que le personnel politique au pouvoir se sont empressés de redoubler d’effets de manche : le « monde d’après » ne répétera plus les mêmes erreurs, il faudra « se réinventer », valoriser la résilience et la sobriété… De nombreux signaux révèlent au contraire une stratégie d’un retour à la normale, en pire. Dans les prochains numéros, Socialter se fera la vigie de ces « nuisances » qui font barrage au tournant vers une société plus écologique, démocratique et juste.

Progrès technologique : les récits effacés

La modernité est avant tout l’histoire d’une puissance toujours croissante rendue possible par une débauche d’énergie. Selon le grand récit que nous nous en faisons, cet essor serait dû à des transitions énergétiques successives et naturelles, du moulin jusqu’au pétrole. Pourtant, non seulement ces sources se sont cumulées et non remplacées, mais d’autres voies de développement ont été sciemment écartées. Auteur avec François Jarrige de l’ouvrage Face à la puissance (La Découverte, 2020), Alexis Vrignon esquisse ici une contre-histoire de l’énergie à l’ère industrielle.